Aller au contenu principal

Santé

Un constat

L’absence de relations sociales exerce une influence négative sur la santé (dépression, perte de confiance…), et vice versa, une mauvaise santé (maladie, addictions, troubles psychiques, vieillesse…) entraîne un risque plus élevé d’isolement.

Les personnes malades ou en proie à des addictions ont tendance à se sentir seules et coupables de leur état de santé, ce qui peut les amener à se replier sur elles-mêmes et à s’isoler de leur entourage.

Il en est de même pour les personnes souffrant de troubles psychiques. Quel que soit son milieu social, la famille qui en est victime s’enferme au début dans un profond silence et dans l’isolement.

Pour les personnes âgées et en fin de vie, l’isolement est parfois accepté, voir recherché. L’enjeu est alors de détecter ce qui relève d’une situation subie et douloureuse.

Des solutions

Au-delà des soins, le rôle des soignants et des proches est essentiel pour prévenir le risque élevé d’isolement des personnes malades. Des associations proposent aux malades et à leur entourage un soutien physique et psychologique : services d’écoute, rencontres, échanges… L’objectif : rompre le cercle vicieux de l’isolement en cultivant le lien social.

La santé est à la fois la cause et la conséquence de l’isolement social

Brigitte Maury